Le Taser peut-il tuer? C’est ce qu’une juge d’instruction de Nanterre devait déterminer en enquêtant sur la  de Mahamadou MAREGA agé de 38 ans dans la nuit du 29 au 30 novembre 2010, à Colombes, après un tir de pistolet électrique, le fameux Taser. L’information judiciaire ouverte contre X pour « homicide involontaire » s’est finalement soldée par un non-lieu, concluant que le Taser « n’avait pas joué un rôle direct et certain » dans le décès de la victime, et qu’« aucune faute ne peut être reprochée aux policiers intervenants 

 En novembre 2010, Mamadou, décédait dans l’immeuble où il logeait à Colombes, après avoir été aspergé de gaz lacrymogène et avoir reçu deux décharges de 50000 volts chacune, lors d’une interpellation musclée pendant laquelle la victime s’en était prise aux policiers présents. Ce qui avait poussé les  à utiliser leur pistolet électrique. Ces derniers étaient intervenus à la suite d’une dispute entre Mahamadou et la personne qui l’hébergeait. Si la juge d’instruction s’est basée sur le rapport d’autopsie concluant que le décès était lié à une drépanocytose, une maladie de l’hémoglobine d’origine génétique dont était atteint le défunt, le Défenseur des droits avait, en mai dernier, recommandé au ministère de l’Intérieur d’engager des « poursuites disciplinaires » contre les policiers. Un argument sur lequel compte s’appuyer l’avocate de la famille du défunt, Me Marie-Alix Canu-Bernard, qui a annoncé qu’elle ferait appel de cette ordonnance de non-lieu.

http://collectif-vjp-mmarega.blogspot.fr/